Glossaire

120e congrès de la Société Française d'Ophtalmologie

Ce glossaire s’attache à définir les termes spécifiques relatifs à notre métier, employés sur notre site internet.

Faire un choix dans le menu ci-dessus

  • Amétropie

    Amétropie est le terme donné aux troubles de la réfraction : myopie, hypermétropie, astigmatisme, presbytie.

  • Astigmatisme

    L'astigmatisme est un défaut visuel généralement dû à une différence de courbure des méridiens de la cornée qui, au lieu d'être sphérique (ballon de football) est ovale (ballon de rugby). L'astigmate voit déformé de loin comme de près, confondant les lignes verticales, horizontales ou obliques.

  • Chirurgie réfractive

    Sous la dénomination de chirurgie réfractive sont regroupées toutes les techniques chirurgicales visant à corriger les troubles de la réfraction.

  • DMEK (Descemet Membrane Endothelial Keratoplasty)

    C’est une technique manuelle dans laquelle le chirurgien dissèque l’endothélium du donneur sans stroma pour pratiquer la greffe endothéliale.

  • DSAEK (Descemet Stripping Automated Endothelial Keratoplasty)

    C’est une technique de kératoplastie lamellaire postérieure dans laquelle un microkératome (couteau automatisé) prélève de manière sûre et reproductible les 3/4 antérieurs de la cornée sur un diamètre d’environ 9mm. On dispose donc du 1/4 postérieur de la cornée comprenant une lamelle de stroma et l’endothélium pour effectuer la greffe endothéliale.

  • Glaucome

    Le glaucome est une maladie du nerf optique (neuropathie optique) progressive aboutissant à une perte de vision dans certaines zones du champ visuel conduisant sans traitement à la cécité totale.
    Le glaucome est le plus souvent lié à une tension oculaire trop élevée (Hypertonie)

  • Greffe de cornée ou kératoplastie

    Il s’agit de la transplantation d’une cornée humaine en provenance d’un donneur mort (prélèvement dans les 24h suivant le décès avec l’accord du donneur ou de sa famille) sur un receveur après avoir enlevé sa propre cornée malade. Il existe deux grands types de greffes : la kératoplastie transfixiante ou la kératoplastie lamellaire avec dans ce cas, la kératoplastie lamellaire antérieure ou la kératoplastie lamellaire postérieure englobant tous les types de greffes endothéliales.

  • Hypermétropie

    L'oeil hypermétrope est un oeil trop faible, en général trop court : l'image d'un objet se forme donc en arrière de la rétine. Ce manque de puissance peut être compensé par l'accommodation et l'hypermétrope peut compenser son défaut de vision de loin et de près. Lorsqu'il n'accommode pas, l'hypermétropie fait que l'image d'un objet est floue de loin et encore plus de près.

  • Kératoplastie lamellaire

    On ne remplace qu’une partie de la cornée en fonction de la pathologie du patient : kératoplastie lamellaire antérieure ou postérieure.

  • Kératoplastie lamellaire antérieure

    Dans le cas d’une pathologie n’intéressant que l’épithélium et le stroma cornéens, il est inutile de remplacer la totalité de la cornée. On enlève la partie antérieure pathologique de la cornée du receveur et on suture la même partie saine prélevée chez le donneur. Dans le cadre du kératocône, on parle de kératoplastie lamellaire antérieure profonde car seul l’endothélium; couche la plus profonde, est laissée en place.

  • Kératoplastie lamellaire postérieure

    Cette technique est réservée aux pathologies de l’endothélium cornéen : on parle de greffe endothéliale. On enlève l’endothélium du receveur que l’on remplace par l’endothélium du donneur accompagné ou pas d’une lamelle de stroma. Les deux techniques employées sont la DSAEK (Descemet Stripping Automated Endothelial Keratoplasty) et la DMEK (Descemet Membrane Endothelial Keratoplasty).

  • Kératoplastie transfixiante

    Il s’agit du remplacement de toutes les couches de la cornée (épithélium, stroma, endothélium) par le greffon donneur. La cornée du patient est enlevée sur un diamètre de 8mm, laissant un anneau dit receveur d’environ 2mm de large sur lequel est suturé le greffon prélevé sur la cornée du donneur sur un diamètre légèrement supérieur pour une meilleure congruence.

  • Laser Excimer

    C'est un laser émettant dans le spectre de l'ultraviolet, dont chaque impact va entraîner l'ablation d'une petite quantité de tissu cornéen. Un logiciel guide cette ablation et permet de remodeler la cornée en fonction du défaut visuel à corriger (myopie, hypermétropie, astigmatisme, presbytie).

  • Myopie

    Atteint du trouble réfractif le plus fréquent, la myopie, le myope voit flou de loin mais net de près en rapprochant plus ou moins les objets. L'oeil myope est un oeil trop puissant et l'image d'un objet se forme en avant de la rétine.

  • Photophobie

    Sensation visuelle pénible provoquée par la lumière.

  • Presbytie

    La presbytie est la perte progressive et physiologique de l'accommodation après 40 ans. Celle-ci permet de faire la mise au point quand les objets se rapprochent grâce la déformation du cristallin.

  • Réfraction

    Changement de trajet d'un rayon lumineux qui traverse les différents milieux de l'oeil (cornée, cristallin, vitré) avant de converger sur la rétine. Un trouble de la réfraction se traduit par une amétropie (myopie, hypermétropie, astigmatisme).